Ce qui motive réellement les salariés (et ce qui leur fait baisser les bras)

 

Soyons honnête, l’une des principales motivations au travail reste le salaire. Mais en attendant de voir s’aligner ces petits chiffres sur le compte en banque des salariés, d’autres facteurs de motivation et de bonheur au travail ont leur importance. Et on ne peut pas dire que la France soit championne dans ce domaine. Notre pays se distingue au contraire par un chiffre alarmant : 40% des salariés avouent ne pas être motivés par leur job. Alors comment faire pour leur permettre de la retrouver, pour booster leur intérêt pour leur poste et améliorer leur productivité ?

 

Ce qui démotive les salariés

 

Touchant tous les secteurs d’activités et toutes les catégories professionnelles, cette démotivation peut avoir différentes causes :

 

  • Un manque de reconnaissance de la part de la hiérarchie et peu de perspectives d’évolution,
  • Des conditions et un environnement de travail peu agréables ou impactant la concentration du salarié,
  • Des missions et des objectifs inintéressants et peu valorisants,
  • Un manque de moyens pour les réaliser,
  • Une rémunération inadaptée,
  • Un rythme de travail trop soutenu ou un manque de temps pour la vie personnelle,
  • Un manque de communication entre les collaborateurs et un sentiment d’exclusion etc.

 

Ce qui motive les salariés

 

Chaque salarié possède une ou plusieurs motivations différentes, qu’il doit pouvoir évoquer avec sa hiérarchie. Il est donc crucial pour les équipes RH et les cadres dirigeants de prendre la mesure de son importance au sein de l’entreprise et de se montrer à l’écoute. Car un salarié heureux et motivé ne présente que des actions et des comportements bénéfiques pour son entreprise.

 

Les principales sources de motivation des salariés restent cependant assez communes :

 

  • La rémunération en est la principale. C’est un levier classique de motivation qui doit avoir un impact durable sur le collaborateur. Elle peut cependant être un facteur de démotivation si elle semble inadaptée au poste et à l’expérience du salarié concerné.

 

  • Les conditions de travail sont également essentielles. Elles conditionnent le bien-être au travail des collaborateurs et sont donc des sources de motivation. En leur offrant un cadre agréable mais également une certaine liberté d’action et une flexibilité d’horaires, les salariés se sentent plus confiants en leur avenir professionnel et donc plus motivés. C’est aussi l’ambiance générale qui peut influencer leur sentiment de bien-être et de motivation. L’intégration au sein des équipes est par exemple cruciale.

 

  • La communication avec le manager est elle-aussi très importante dans le processus de motivation des équipes. Elle limite le risque de conflits et permet aux salariés d’avoir une vision claire de leur travail et des tâches à accomplir. Le manager doit donc adapter son langage et améliorer la communication avec l’ensemble des collaborateurs.

 

  • Acquérir de nouvelles compétences peut également permettre aux collaborateurs d’évoluer et de gagner en autonomie et en efficacité. Voilà encore un moyen assez simple de motiver les équipes.

 

  • L’intérêt des missions qui leur sont confiées entre aussi en ligne de compte. C’est même l’un des leviers cités en premier par les salariés lorsqu’ils sont interrogés.

 

  • Enfin, la culture d’entreprise peut également encourager la motivation des collaborateurs. Elle leur permet de s’investir dans un ou plusieurs projets et de se projeter dans l’avenir de l’entreprise.

 

Pourquoi la motivation des salariés doit-elle être au cœur des préoccupations ?

 

Les études sont claires : plus de la moitié des collaborateurs se disent prêts à accepter un poste moins bien rémunéré si l’entreprise leur offre une ambiance de travail agréable, des missions intéressantes et une bonne accessibilité à des formations. Et ces critères conditionnent presque à eux-seuls la productivité des salariés et donc de l’entreprise. Car une détérioration de la motivation peut engendrer des conséquences coûteuses pour l’entreprise : turn-over et absentéisme des collaborateurs, image de marque de l’entreprise décrédibilisée, diminution de la créativité des équipes, performance globale diminuée etc.

 

L’astuce Joomy : Organiser des ‘lunch & learn’, ateliers entre les salariés se déroulant sur le déjeuner et durant lesquels une personne partage son expertise ou une apprentissage professionnel clé permet à la fois de valoriser les salariés qui transmettent leur connaissance, d’organiser la formation continue tout en favorisant la transversalité entre les équipes de l’entreprise.